Saint-Barth et St-Martin PDF Imprimer E-mail
Écrit par Josée   
Vendredi, 30 Avril 2010 19:04

Bonjour à tous,

Lorsque nous avons quitté Antigua, les conditions de navigation étaient excellentes et nous avons pu faire de la belle voile. En tout cas, ceux qui sont mordus de voile ne doivent pas penser que les Antilles c’est le paradis de la voile. Les passages sont courts et les conditions de navigation ne sont souvent pas superbes. Je ne sais pas combien d’heures de moteur nous avons fait depuis que nous sommes dans les Antilles, mais que serait prête à parier que c’est plus que notre temps de voile.

 

Ceci étant dit, cela n’empêche pas la beauté des paysages et la magnificence de tout ce qu’on peut y visiter.

Je me rends compte en discutant avec les gens qui viennent uniquement dans les Antilles que le tour que nous avons fait représente plus un trip de voile. Le côté européen nous offre de meilleures conditions pour naviguer. En tout cas plus de vent et selon nous des îles plus intéressantes. Cet argument est évidemment très discutable, mais pour l’équipage de Jolie Brise, les îles européennes correspondent plus à nos goûts de découvreurs et d’explorateurs. 

En fait, je ne devrais pas comparer chacun des côtés de l’Atlantique, car ils sont totalement différents et méritent tous les deux une note élevée.

Donc, je disais que nos conditions de navigation en partant d’Antigua étaient superbes et nous avons décidé de pousser un peu la route jusqu’à St-Kitts et le mouillage y semblait meilleur. Nous sommes arrivés en milieu de p.m. avec la pluie et finalement nous ne sommes pas allés à terre. Le mouillage était rouleur donc inconfortable et le lendemain matin on a levé l’ancre vers 6 heures en direction de St-Barth.

Nous avons mouillé à l’anse Colombier, avions prévu d’y rester 3 jours et finalement il a bien fallu quitter ce magnifique endroit au cinquième jour.

D’abord le mouillage était superbe, une réserve naturelle avec des mooring gratuits afin de préserver les fonds. De nombreuses tortues ainsi que des raies y vivent accompagnées de leurs amis les poissons. De l’apnée à profusion et des jeux de plage. Une plage déserte où il n’y a pas d’avitaillement possible, pas de resto, pas de souvenir à vendre, nada.. Que la nature.

En sus, de nouveaux amis québécois provenant de trois équipages : Doris, Guy, Thomas et Charles du bateau Ukulu (que nous avions déjà rencontrés brièvement à Antigua), Caroline, Dave, Amy et Cédrick du bateau Amyrick  et Julie, Mélanie et Stéphane du bateau Coincidence. Des gens dynamiques, intéressants, d’agréable compagnie ayant la tête remplie de superbes projets. Ils voyagent à long terme.

Justin et Molly étaient aussi très heureux d’avoir des copains pour jouer et ce facteur a aussi joué dans la balance pour le rallongement de notre séjour.

Nous avons pris 5 heures pour visiter Gustavia, la capitale de St-Bart et rapidement nous sommes retourné à notre mouillage sauvage. St_Barth est une destination touristique pour gens riches et célèbres donc les boutiques, les restaurants, les activités bref tout est hors de prix. Mais c’est tout de même très joli. 
Nous sommes arrivés à St-Martin hier, jeudi après 3 heures de moteur, car pas de vent. Vive la voile… Le moteur a au moins un avantage, nos batteries et tous nos appareils électroniques sont chargés à bloc.

L’objectif prioritaire de cette escale est de faire les derniers préparatifs en vue de la traversée St-Martin-Bermudes. Nous avons déjà acheté la viande et j’ai cuisiné hier en p.m. J’ai 6 soupers de faits, le bateau est placé, le lavage est en route et aujourd’hui on va remplir les bouteilles de gaz, acheter le frais  et vérifier le gréement. Justin, Molly et moi allons hisser Alain en haut du mât afin qu’il inspecte le tout.

Il paraît que nous avons une petite ouverture météo à partir du 1er mai donc nous souhaitons quitter les Antilles avec elle si tout est évidemment correct.

Vous savez que jusqu’à la dernière minute tout peut changer. Souvenez vous de notre départ repoussé des Canaries. Jusqu’à maintenant nous quittons demain matin vers 8 heures, à l’ouverture du pont du lagon, pour une navigation d’environ 860 MN vers les Bermudes.

Vous pourrez nous suivre sur le réseau du capitaine et vérifier notre position dans l’onglet. « Notre position » et si notre départ est repoussé, on vous le fera savoir.

Voilà, cette troisième étape c'est-à-dire  les Antilles s’achève bientôt. Comme dans chacune de nos autres étapes, nous en avons vu qu’une toute petite partie mais qui nous laisse des tonnes de souvenirs en banque et une envie folle d’y revenir.

Cette étape n’annonce pas pour autant la fin de cette merveilleuse aventure, mais plutôt le commencement d’une nouvelle étape… le retour à la mer.

A bientôt

Josée xxx