De mouillages en mouillages PDF Imprimer E-mail
Écrit par Josée   
Vendredi, 02 Avril 2010 14:11

Bonjour à tous,

 

Pour notre dernière journée au Marin, nous avons eu le privilège de revoir Yves, un ami français rencontré aux Canaries, à Las Palmas. Il était sur le même ponton que nous et on se faisait de petites jases à l’occasion.

 

Cette fois il était avec sa femme Jacqueline, venue le rejoindre pour l’exploration des Antilles.

 

 

 


Un couple charmant qui nous a invité à prendre un apéro et finalement nous sommes restés à souper. Les mousses ont eu droit à du pop corn et ils étaient très heureux. De plus, ils se sont installés dans une cabine pour écouter un film.


Nous avons aussi pu assister avant notre départ pour la grande Anse d’Arlet, à une course de Yoles. Une petite barque propulsée par une grande voile carrée disproportionnée à la barque. La technique veut que l’équipage fasse du rappel pour éviter de chavirer.

 

 

 

 

Notre petite navigation d’une douzaine de milles jusqu’à Anse D’Arlet nous a permis de passer tout près du rocher du diamant. Magnifique


Nous venons de quitter le paradis…

Une baie protégée, une eau cristalline d’un bleu presque turquoise, une jolie plage, des gens supers, un bled accueillant où il n’y a presque rien, des fonds marins intéressants pour toute la famille, car ils sont accessibles, une faune et une flore diversifiées, le paradis quoi.

 

 

 

 

 

 

 

La grande Anse d’Arlet nous a offert un magnifique séjour. Trois magnifiques journées qui nous ont permis d’expérimenter une fois de plus nos talents en plongée avec palmes, masque et tuba. Effectivement, tout près de notre bateau, il y avait un petit site parfait pour la plongée en apnée et facile d’accès pour toute la famille.

 

Des poissons de toutes les formes et de toutes les couleurs, des petites murènes, des oursins, des petits serpents d’eau et des tortues. Une d’entre elles est même venue nous faire un petit coucou quelques minutes et on a pu la photographier. Vous auriez du voir les enfants, ils étaient vraiment très contents. Les parents aussi d’ailleurs. Je nageais avec Molly, toutes les deux nous avions la tête dans l’eau et je l’entendais crier dans son tuba, heureuse de voir ce spécimen à moins de 2 mètres de nous et dont la carapace devait mesurer environ une quarantaine de centimètres de largueur.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons aussi rencontré la famille de Frank, Meng, Carmen et Julie qui vivent depuis plusieurs années sur leur bateau nommé Constante Singapore. Ils sont à faire le tour du monde et nous avons eu le privilège d’être invité à leur bord pour un apéro qui c’est finalement soldé par un souper. Alain a aidé Frank avec son système informatique, car il avait un problème avec le logiciel Airmail et nous en avons profité pour faire plus ample connaissance. Une famille charmante avec une belle expérience de vie en voilier. Ils n’en sont pas revenus du trajet que nous avons fait en une année, ils ont fait à peu près le même en cinq ans.

 

 

Quand nous sommes rentrés au bateau après cette magnifique soirée, pas de vent, une lune pleine et le silence…quel expérience incroyable. Nous pouvions voir le fond de l’eau à presque 20 pieds, car la lune reflétait ses forts rayons.

 

Nous avons tellement aimé l’Anse d’Arlet, que nous sommes restés une journée de plus pour profiter de la plage et faire encore un peu de plongée en apnée.

 

 

 

 

 

Nous avons quitté ce paradis mardi matin le 30 mars, pour une navigation d’une vingtaine de miles nautiques qui nous a mené à Saint-Pierre, notre dernière escale à la Martinique. Ici, un peu plus de visites touristiques sont prévues ; visite dans une distillerie où on fabrique du rhum, le centre des sciences de la Terre, les ruines restantes de l’ancien village… Il faut savoir que Saint-Pierre fut détruit en 1902 par une éruption volcanique qui a fait 30 000 morts en une minute trente. Seulement 2 survivants, deux prisonniers sauvés par l’épaisseur des murs. Ce village fut rouvert en 1923 donc il possède une histoire intéressante et ses deux grandes artères (et oui il y a deux rues parallèles, c’est à peu près tout)  nous la font découvrir.

  

 

 

 

 

Je vous en reparle, car demain on va à terre pour débuter notre exploration. J’ai des fourmis dans les jambes mais en attendant, je profite de la vue. Nous sommes mouillés aux pieds de la montagne Pelée, celle qui a fait tant de morts et qui, à la regarder, semble inoffensive.

 

 

….. écrit le 1 avril…

Nous avions prévu hier et aujourd’hui la visite de la distillerie Depaz ainsi que le centre des sciences et découvertes de la Terre.

 

Hier, ce fut le centre des sciences et beaucoup de marche dans le village. Des ruines de l’époque de l’éruption en 1902, très touchant.

 

Aujourd’hui, nous avions prévu la distillerie et ce matin en allant faire les formalités, car on quitte demain matin, on s’est fait dire qu’il n’y avait pas de possibilité de faire les formalités de sortie à St-Pierre pour raison technique donc, il a fallu nous rendre à Fort de France. Une heure de taxi collectif pour 17 euros et évidemment la même chose au retour. Alain est allé faire les formalités tandis que les enfants et moi on a complété nos achats au marché couvert.

 


De retour à St-Pierre vers 14 :00, nous avons envie d’aller à la distillerie mais lorsqu’on arrive près du mouillage, on se rend compte que le vent a tourné et évidemment notre bateau aussi. Rien d’anormal sauf qu’une barque de pêche était venue s’ancrée près de nous pendant qu’on était absent et notre Jolie Brise avait tournée dessus et notre chaîne ainsi que la sienne étaient amoureusement entremêlées. Pas de pêcheur en vue donc Alain et moi on s’est débrouillé pour se sortir delà et aller s’ancrer plus loin. En conclusion, rien de brisé, seulement notre Jolie Brise est un peu sale des traces de la barque.

 

On quitte demain matin 6:00 pour la Dominique.


A+

Josée xxx