Cap Vert PDF Imprimer E-mail
Écrit par l'équipage de Jolie Brise III   
Mardi, 19 Janvier 2010 03:36

Bonjour à tous,

Ouf, je ne pensais pas avoir envie de dire ceci, mais il est presque temps que l'on prenne la mer. Maintenant que le mal de mer est chose du passé je n'ai plus d'appréhension.

 

Blague à part, nous avons eu une semaine extrêmement occupée et chargée en émotions. D'abord, nous avons pris quelques jours pour nous remettre de la traversée Canaries-Cap Vert, pour faire les corvées de ménage, de lessive (à la main) et d'avitaillement pour le nouveau départ.

 

 

 

Mais à travers ceci, nous avons retrouvé nos amis. D'abord Sylvie et Damien qui sont là depuis un mois car ils attendent une pièce de moteur qui tarde à arriver. Ils sont accompagnés du père de Damien, Claude, qui les accompagnera pour la traversée vers les Antilles. Ils sont venus à bord à quelques reprises pour nous faire des petits coucous et nous avons aussi fait un dîner de crêpes au sirop d'érable. Claude n'avait pas encore eu le privilège de goûter au sirop d'érable et je crois qu'il a bien aimé. Nous avons fait notre traditionnelle tournée de crème fouettée pour les enfants et nos amis y ont eu droit aussi.

 

 

 

 

 

 

Nous avons aussi retrouvé notre ami Gilles, que nous avions rencontré à Madère. Nous aurons eu le plaisir de le croiser quelques jours car il quitte en même temps que nous pour Dakar, au Sénégal. Lui aussi est venu manger des crêpes et nous sommes allés au resto un soir avec lui. Quel plaisir nous avons eu à le retrouver. Gilles est ici depuis 6 semaines et il n'est pas à sa première visite au Cap Vert donc il a un réseau de connaissances et d'amis assez intéressant. Grâce à lui, nous avons rencontré José, un jeune homme de 24 ans qui vit près de la marina et qui fait un tas de petits boulots. Enfin quand il peut en trouver. José a un très grand coeur, il s'occupe d'une dizaine de jeunes garçons d'environ douze ans qui vivent dans la rue et qui dorment sous le grand quai de ciment de la marina. Lundi matin, il m'a accompagné pour faire mes dernières courses avant le départ, il a transporté mes choses lourdes et grâce à lui j'ai pu dénicher tout ce que je cherchais. De plus, en discutant avec lui, j'en ai appris plus sur les enfants dont il s'occupe et j'ai donc décidé de cuisiner à diner pour sa gang. J'ai donc livré un repas pour une douzaine de personnes à 12:30 et tous ce sont bien régalés.

 

 

De plus, en après-midi, José nous a fait faire un tour guidé de la ville (à pieds) et nous sommes passé devant la maison de madame Césaria Évora, grande dame de la chanson et reconnue internationalement. C'est une capverdienne d'origine, enfant de la rue qui est reconnue par tous. Elle fait des tournée partout et a un tas de disques d'or et de prix.

 

 

 

Comme si rien n'était, José a sonné en disant que peut-être elle serait là et qu'on pourrait lui dire bonjour. Elle faisait sa sieste d'après-midi et on nous a dit de repasser vers 18:00.  On revient au bateau en n'y croyant pas trop  mais on se prépare à une éventuelle rencontre. On prépare un petit cadeau, on va acheter des cartes postales d'elle pour qu'elle nous les autographie et vers 18:00 on se présente à sa porte.

 

Et bien tenez-vous bien, madame Césaria Evora en personne nous a reçu dans son salon. Les enfants et moi on a bu de la boisson gazeuse et Alain a pris une bière. On lui avait apporté du sirop d'érable (et oui Diane, ton sirop sera dégusté par la grande Evora) et elle était ravie. Elle nous a raconté qu'elle a un frère à Montréal et elle nous a demandé notre numéro de téléphone, car quand elle va venir elle nous appellera. Elle nous a autographié nos cartes, s'est laissé prendre en photo, a ouvert son sac à mains, a sorti son nouvel album, l'a autographié et nous l'a donné. Nous étions comme dans un rêve. Une femme d'une gentillesse et d'une simplicité incroyable nous a ouvert sa demeure comme si nous étions de la famille. Elle a pris soin d'ouvrir un tiroir de son buffet, d'y sortir sa médaille de la légion d'honneur qu'elle a reçu par le président de la République et aussi celle qu'elle a reçue du président du Cap Vert. Nous pouvions toucher son Grammy's et tous ses disques d'or.  Quel privilège nous avons eu de vivre cette magnifique rencontre... et qui aurait cru ceci possible.

 

 

 

Nous avons aussi pris une journée pour visiter l'île voisine: San Antao. Une traversée d'une heure en ferry et le tour de l'île à bord d'un taxi que nous avions loué pour la journée. De magnifiques paysages et de belles rencontres. Nous avons eu la chance de visiter un chantier naval où l'on fabrique des barques de pêcheurs. C'était super.

 

 

 

 

 

 

De plus, des paysages incroyablement verts recouvrent le centre de l'île. Beaucoup d'agriculture et une forêt de conifères sont magnifiques à voir. Il y a même un immense cratère volcanique au centre de l'île, les enfants ont adoré.  Quand on arrive en ferry, on ne dirait pas que l'on va voir toute cette verdure, c'est presque une surprise.

 

 

 

 

 

 

En tout cas, le Cap Vert nous aura offert de belles rencontres et des souvenirs mémorables et impérissables. Une semaine c'est vite passé et nous restons un peu sur notre faim. Nous aurions aimé y demeurer plus longtemps et approfondir nos rencontres et nos amitiés avec les gens d'ici.

 

Ce n'est que partie remise, car nous reviendrons certainement un jour...

 

En attendant, nous prenons la mer le 19 janvier et ce, pour 18 à 20 jours. Nous sommes prêts à partir et nous avons hâte de débuter la seconde partie de notre voyage. Elle sera différente, car cette fois nous explorerons les plages et la plongée.

 

A+

Josée xxx

 

p.s. ha oui, nous avons livré les jouets que nous transportions pour "les courriers de la mer" MISSION ACCOMPLIE   et quelques photos sont en ligne... la suite plus tard